National Centre Against Violence

Depuis le début de la coopération de la Fondation Dufresne et Gauthier avec des organisations non gouvernementales de Mongolie en 2010 pour le financement de leurs projets, le professionnalisme des jeunes femmes qui travaillent pour le centre de protection du National Centre Against Violence (NCAV), les services qu’elles offrent aux enfants et aux femmes et leur attitude à l’égard de leur travail ont toujours été une source de fierté pour la Fondation.

staff-meeting

Malgré leur jeune âge, soit de 25 à 30 ans, elles font preuve d’une force spirituelle incroyable et d’une compassion sans bornes, tendant la main aux enfants et aux femmes dont la vie est difficile et marquée par la souffrance physique et émotive et leur donnant espoir, courage et vigueur.

Le NCAV a été fondé il y a 24 ans en qualité d’organisation non gouvernementale dotée d’un centre de protection (refuge) employant 2 personnes et disposant 4 lits pour être en mesure d’intervenir dans les cas de violence domestique contre les femmes et les enfants et de protéger les victimes. Aujourd’hui, il s’agit d’une organisation nationale qui met en œuvre des activités dans le cadre de cinq programmes et comprend onze directions locales, deux centres de protection et un centre de formation et de services. Ses activités se sont étendues au-delà de la lutte contre la violence et de la protection des victimes, car l’organisation offre maintenant des services professionnels complets fondés sur les droits et les besoins des survivants d’actes de violence et mène également des activités de sensibilisation du public. (suite…)


Impact et méthodes de recherche qualitatives – Seconde partie

Ce deuxième article sur le sujet « impact et méthodes de recherche qualitatives » est le complément de celui réalisé en mai dernier. (Voir nouvelle précédente de FDG : Impact et méthodes de recherche qualitatives – Première partie)

Cette fois-ci, 50 personnes du milieu communautaire de la région de Montréal ont participé à la Journée RRV (réseautage, ressourcement, valorisation) organisée par la Fondation Dufresne et Gauthier.

Voici une synthèse des points issus des réflexions des participants durant cette journée par André Fortin, conseiller animation créative et innovation sociale et Émilie Dazé, socio-anthropologue, chercheure et cofondatrice de la coop Le Collaboratoire :

– Perception de ce qu’est l’impact pour une organisation.
– Bénéfices de la mesure d’impact et ce qui retient les organismes de se lancer dans une telle démarche.
– Série de questions-clés pour améliorer les services/activités offerts par un organisme.
– Grille d’entretien sur la bonification des processus de concertation entre les organismes d’un même territoire.
– Quelques pistes lancées par les participants pour inviter leurs collègues à passer à l’action.

CONSULTEZ LE DOCUMENT SYNTHÈSE ICI : article-impact-et-methodes-suite


Impact et méthodes de recherche qualitatives – Première partie

Le 11 avril dernier, plus de 60 personnes du milieu communautaire étaient réunies à Québec pour échanger et approfondir la notion d’impact en lien avec les méthodes de recherche qualitative. Ce rassemblement, piloté par la Fondation Dufresne et Gauthier, avait lieu dans le cadre des Journées RRV (réseautage, ressourcement, valorisation).

Voici une synthèse des contenus présentés ou élaborés durant cette journée par André Fortin, conseiller animation créative et innovation sociale et Émilie Dazé, socio-anthropologue, chercheure et cofondatrice de la coop Le Collaboratoire :

– État des résultats d’un sondage réalisé au préalable avec les participants.
– Série de questions en vue d’élaborer des stratégies de mobilisation afin d’avoir plus d’impact.
– Technique de l’entrevue.
– Quelques règles d’or pour bien mener un entretien.
– Grille de questions dans l’optique de dynamiser une assemblée générale annuelle.
– Quelques messages formulés par les participants sur la mesure de l’impact.

CONSULTEZ LE DOCUMENT SYNTHÈSE ICI : article-impact-et-methodes


CERF Volant de Portneuf, une renaissance

Une journée d’automne plutôt grise m’amène dans Portneuf pour rencontrer Nancy Dion la coordonnatrice du Centre d’Entraide et de Ressources Familiales de la région de Portneuf, le CERF Volant de Portneuf.

Volant parce que l’organisme rayonne sur le large territoire de Portneuf : de Pont-Rouge où sont situés ses bureaux à Donnacona, de Saint-Raymond à Saint-Marc-des-Carrières en passant par Saint-Alban, Saint-Basile, Grondines, selon les besoins et les collaborations.

Depuis juin 2017, le CERF Volant s’est installé dans une nouvelle bâtisse qui regroupe les bureaux de la municipalité et une trentaine d’autres organisations au sein d’un vieux couvent qui appartenait jadis aux sœurs de la Charité de Saint-Louis. Les locaux occupés sont plus vastes, plus adaptés et ont permis selon les services, une plus grande fréquentation des familles, un calendrier diversifié et même la reprise de services essentiels délaissés auparavant, faute de ressources humaines et matérielles. (suite…)


Uyanga, un parent mentor

En Mongolie, l’Association of Parents with Disabled Children (APDC, Association des parents d’enfants handicapés) met en œuvre un programme de mentorat auprès des parents depuis 2010 avec le soutien financier de la FDG. L’APDC organise une formation en mentorat pour les parents afin d’améliorer leurs compétences et leurs connaissances dans le domaine des droits des enfants, de la dignité humaine, de la législation, des changements de politiques, et les fait participer à diverses activités sociales. Le rôle principal des parents mentors consiste à soutenir les familles qui ont besoin de conseils pour assurer le bien-être de leur enfant handicapé. Ils fournissent aux parents une information complète sur l’invalidité des enfants et la législation relative à l’aide sociale de l’État, et ils les aident à faire partie du système d’aide sociale et à recevoir des services médicaux pour leurs enfants. À l’heure actuelle, les parents mentors œuvrent au sein de trois groupes de mentorat, selon leurs connaissances et leurs centres d’intérêt, comme la santé, l’éducation et la protection sociale. (suite…)


« Princess » center en Mongolie

Offrir aux jeunes mères la possibilité d’exprimer leur leadership et leurs droits

Si vous visitez un organisme appelé « Princess center », de jeunes femmes souriantes vous accueilleront à leur bureau et partageront leur travail avec plaisir.

Cet organisme a été créé en 2003 pour protéger les droits des filles et des jeunes femmes en Mongolie. La vision du Princess center est de contribuer à la création d’une société favorable aux filles en Mongolie. En outre, le Princess center vise à devenir une voix forte des filles à l’échelle nationale et à travailler comme force motrice du mouvement des droits des filles en Mongolie avec une participation significative des filles. Le Princess center est la seule institution en Mongolie qui se concentre sur la grossesse chez les adolescentes et qui travaille avec les mères adolescentes. (suite…)


Projet Intervention Prostitution Québec (PIPQ)

Contrer l’exploitation sexuelle avec une approche multisectorielle.

Avant de rencontrer la directrice de l’organisme, Geneviève Quinty, j’ai voulu voir le site web qui devient de plus en plus souvent la porte d’entrée au PIPQ. Tout de suite, j’ai constaté que le public visé est très bien ciblé, on a donné au portail un langage clair et direct, une facture colorée, des mécanismes de navigation simples, de même qu’une fonction de sortie rapide qui ne laisse pas de trace (Site web de PIPQ).

En fonction depuis à peine quelques semaines, voici le genre de message anonyme reçu sur le portail et auquel les intervenants doivent répondre : « Je ne sais pas comment sortir de ce milieu. Je suis enceinte, j’ai probablement des ITSS, j’ai peur de la police. Pouvez-vous m’aider ? » (suite…)


Ressources Familiales Côte-de-Beaupré investi auprès des tout-petits et leur famille

Lorsque je me présente à cet organisme logé confortablement dans une ancienne école, aujourd’hui un bâtiment municipal à Beaupré, Natacha Battisti est en réunion avec une douzaine d’autres personnes issues des milieux communautaire, gouvernemental et paragouvernemental afin de dresser le portrait de l’exclusion sociale dans la communauté. Après s’être excusée auprès du groupe, elle m’accompagne au rez-de-jardin où se trouve la halte-garderie, activité financée en partie par FDG, souvent la porte d’entrée à l’ensemble des ressources disponibles au sein de l’organisme. (suite…)


La Boussole – Tout azimut

Depuis 1981, La Boussole apporte de l’aide aux proches d’une personne atteinte de maladie mentale. L’organisme dessert la grande région de Québec avec des membres provenant par exemple de Val-Bélair, de Beauport ou même de la Côte-de-Beaupré. Tout d’abord un groupe d’entraide composé de parents proches aidants démunis en terme de ressources et souhaitant briser l’isolement, l’organisme a peu à peu développé ses services (suite…)


Le courage de comprendre et d’agir

Guide sur le phénomène de l’intimidation

Fort de son expertise et de sa présence dans sept quartiers montréalais, Pact de rue vient de publier un guide sur l’intimidation. Les travailleurs de rue de cette obnl montréalaise, filles et garçons, connaissent bien les problématiques liées à cet enjeu autant chez les agresseurs que les agressés. C’est donc à partir de cette expérience directe qu’ils ont pu décortiquer le phénomène et avec le soutien financier du Ministère de la Famille du Québec, produire un guide destiné à tous les intervenants auprès des jeunes, notamment en milieu scolaire. (suite…)