Ressources Familiales Côte-de-Beaupré investi auprès des tout-petits et leur famille

Lorsque je me présente à cet organisme logé confortablement dans une ancienne école, aujourd’hui un bâtiment municipal à Beaupré, Natacha Battisti est en réunion avec une douzaine d’autres personnes issues des milieux communautaire, gouvernemental et paragouvernemental afin de dresser le portrait de l’exclusion sociale dans la communauté. Après s’être excusée auprès du groupe, elle m’accompagne au rez-de-jardin où se trouve la halte-garderie, activité financée en partie par FDG, souvent la porte d’entrée à l’ensemble des ressources disponibles au sein de l’organisme.

Pour la rencontre, Dominique Gagnon, la responsable de la halte-garderie, une éducatrice qui cumule plus de 18 années de présence en ces lieux, se joint à nous. A la fin de l’après-midi, plusieurs enfants ont déjà quitté la ressource et une autre éducatrice est sur place pour animer ceux qui restent.

haltegarderie3

Du mardi au vendredi, Ressources Familiales Côte-de-Beaupré offre six (6) blocs d’une demi-journée par semaine aux parents. Pour ceux et celles qui s’impliquent dans les activités, la halte est gratuite lorsqu’ils sont inscrits à un élément ou l’autre de la programmation. Le Ministère de la Famille accepte de financer la halte-garderie au prorata de sa fréquentation, pour les parents qui sont en-dehors du marché du travail et ne sont pas aux études. Les parents utilisateurs de la ressource qui ne remplissent pas ces conditions, paient un tarif plus élevé.

Pour les éducatrices de la halte-garderie, contrairement à celles qui travaillent en CPE, les tâches à accomplir sont nombreuses : ménage, épicerie, planification des horaires et des activités. Cela demande beaucoup de souplesse et de polyvalence. Les horaires sont adaptés à celui des activités : dépannage alimentaire, cuisines collectives, déjeuner parents-enfants, lectures, motricité, conférences pour les parents, etc. La flexibilité est de mise en raison des opportunités et des arrimages à faire.

brindami_cpeq_gros

Pour les enfants, on explore l’éveil musical, les fêtes au calendrier, un programme appelé « Brindami » pour lequel les éducatrices ont suivi une formation de seize ateliers destinés aux enfants 0 à 5 ans. Ces ateliers sont conçus pour permettre aux enfants de connaître et de pratiquer de nouvelles habiletés sociales. Suite aux ateliers et au fil des jours, éducatrices et parents aideront les enfants à intégrer progressivement ces nouveaux acquis.

Il n’est pas rare pour Dominique et ses collègues de dépister des carences ou des retards de développement. En réunion d’équipe, les intervenantes conviendront d’une approche adaptée pour travailler avec les enfants et aussi les parents afin d’identifier les besoins particuliers qui se manifestent au niveau par exemple du langage ou de l’alimentation.

L’organisme intervient auprès des familles qui les fréquentent avec bienveillance et le souci de prévenir l’accentuation des problèmes. Ainsi, une famille désorganisée, peu importe la raison, obtiendra un plus grand soutien, le temps de stabiliser une situation problématique. En tout temps, on cherche à établir la confiance pour ensuite faire des recommandations et rechercher des solutions.

haltegarderie2

Pour aider les parents à reprendre du pouvoir sur leur vie auprès des enfants, l’organisme propose le programme Triple P. Offert d’abord en conférence dans les écoles et les bibliothèques de la région, ce contact avec les parents constitue parfois l’introduction de ces derniers à l’organisme. Par le biais de cette approche, qui se décline sur trois (3) soirs aux deux (2) semaines, ils apprennent à féliciter leurs enfants pour les comportements positifs et à gérer adéquatement les comportements négatifs. Les parents réunis entre eux se déposent dans le partage. Les intervenants ne se positionnent pas comme des experts, ils renforcent plutôt le ralliement à une communauté de pratique pour les parents qui ont à faire face à des enjeux communs. Ce programme, offert en partenariat avec le CIUSSS de la Capitale-Nationale, les commissions scolaires, les services de garde publics et privés et les organismes communautaires, favorise les rapprochements entre les acteurs sociaux de la région, l’identification des familles aux besoins particuliers et les références entre les services auprès de ces mêmes familles. Par exemple, en soutien aux intervenants et aux familles, l’orthophoniste du CIUSSS viendra à l’organisme en observation pour valider les éventuels besoins des enfants repérés par les éducatrices de la halte-garderie. Ce dépistage par un.e expert.e est essentiel avant l’entrée de l’enfant à l’école.

La ville de Beaupré est propriétaire des locaux qui abritent l’organisation. Elle investit avec l’organisme à maintenir les lieux en excellent état. De son côté, l’organisme fait des efforts pour aller chercher du financement dans le milieu afin de réinvestir dans la cour de jeu ou dans les cuisines qui doivent répondre aux besoins grandissants de la clientèle.

Ressources Familiales Côte-de-Beaupré essaie aussi de sortir de ses murs pour rayonner dans la communauté. Le programme Caribou axé sur la motricité des jeunes enfants est offert par le biais de la programmation du service des loisirs dans les municipalités environnantes, mais se donne au centre multifonctionnel de Beaupré au coût de 20$ par enfant grâce notamment au programme PACE de la Santé publique du Canada.

Bientôt, l’organisation aura un deuxième point de service à Château-Richer à la Résidence Mont Champagnat où on lui a réservé des locaux au rez-de-chaussée qui devraient être disponibles en février. On prévoit y proposer des activités de dépannage alimentaire, de cuisines collectives, un bureau d’assistance sociale et possiblement une halte-garderie si le financement est possible. On y entrevoit aussi un pont générationnel favorable et stimulant pour les enfants et les personnes âgées autonomes.

Natacha et son conseil d’administration pensent que le développement de la ressource devra se faire par ce deuxième point de service, c’est pourquoi l’exercice de planification stratégique que l’organisme est sur le point d’entreprendre s’effectuera à partir de cette hypothèse.

La MRC de la Côte-de-Beaupré, les municipalités sont invitées à développer de leur côté des stratégies de développement social et ne pas se reposer entièrement sur les organismes communautaires pour ce faire. Le développement des communautés passe par cette condition. Le financement est une clé bien certainement, mais encore faut-il que cet aspect soit traité au sein d’une vision globale de développement. L’implantation des éoliennes sur la Côte génère des redevances dont 20% seront versés au secteur communautaire. Cela constitue un beau levier pour faire vivre des projets qui contribueront au développement de la communauté.haltegarderie1

Le projet-pilote de garderie-nature que l’organisme a tenu à bout de bras l’année dernière et qui n’a pas été renouvelé faute au refus du comité consultatif du Ministère de la Famille d’émettre un permis pour les 15 places demandées. Le projet pourrait renaître s’il existe une volonté commune sur la Côte de le voir revivre et se développer. Une belle opportunité pour rapprocher les jeunes enfants de leur milieu naturel et leur faire vivre des expériences qui pourront être réinvesties plus tard dans leur développement. Une orientation qui est certainement valorisée par FDG.

Par Hélène Dufresne
6 février 2019